De '75 à 2015

Publié le par Meuble

La France est un pays de droits
Mais surtout un pays d’travers
Le président s’prend pour un roi
Les opposants des princes sans terre

Si le pouvoir change de côté
Ça n’change pas la ligne de conduite
Droite et gauche ont les mêmes idées
« La France on l’aime ou on la quitte »

Les vieilles méthodes ont la vie dure
Diviser pour mieux diriger
Tous ces moutons à vive allure
Dans une chasse à l’étranger

Leurs harangues pour prendre le pouvoir
Ne font que cultiver la haine
Jusqu’à mener à la victoire
Le FN aux européennes

Pour gérer la population
La façon d’faire est bien connue
Abreuvez-la de distractions
Pour qu’elle ne réagisse plus

Quoi d’mieux pour conduire le troupeau
Que d’la télé-réalité
Elle rend disponibles les cerveaux
Pour pouvoir les manipuler

De ‘75 à 2015
Quarante années se sont écoulées
Les visages se sont ridés
Mais c’est bien tout c’qui a changé

Tandis qu’les SDF se meurent
Les ministres restent bien au chaud
Les comptes en Suisse font leur bonheur
Ils cachent au fisc tous leurs lingots

Ils prévoient pour nous un cursus
Où la retraite n’est rien qu’un leurre
« Travailler plus pour gagner plus »
Fait bien marrer tous les chômeurs

Quand les vaccins du ministère
Ne servent pas contre la grippe A
Ils savent quoi faire d’l’excédentaire
Ils le vendent à d’autres états

La santé c’est très important
Mais ça coûte cher à rembourser
Donc ils nous soignent en diffusant
Des slogans trop gras trop sucrés

Même la justice a deux visages
On voit qu’elle a choisi son camp
Les puissants échappent aux naufrages
Ce n’est pas l’cas des petites gens

Quand c’est l’argent qui les protège
Nos dirigeants n’ont pas d’sentences
Ils jouissent de tous les privilèges
Au Sofitel ou bien en France

De ‘75 à 2015
Quarante années se sont écoulées
Les cheveux se sont clairsemés
Mais c’est bien tout c’qui a changé

Même notre cuisine a besoin d’keufs
Pour mettre au jour tous ses scandales
Dans nos assiettes en guise de bœuf
On nous sert de la viande de cheval

Les chefs ont comme obligation
Sur leurs menus de distinguer
Les plats qu’ils préparent maison
De ceux servis juste décongelés

Ça enchaîne G8 et grenelles
Sans perdre de vue la direction
La Terre pourquoi penser à elle
Quand bientôt y a les élections

On veut bien défendre la planète
Mais l’superflu on l’garde encore
L’auto la TV internet
On ne touche pas à notre confort

Dans les boutiques tous les six mois
Attirés par les promotions
On fait la course avec fracas
Pour dépenser tout notre pognon

Formatés par les catalogues
La mode devient un besoin
La nouveauté est une drogue
Surtout si elle ne sert à rien

De ‘75 à 2015
Quarante années se sont écoulées
Les épaules se sont voûtées
Mais c’est bien tout c’qui a changé

Hissant l’égalité bien haut
On reconnaît le mariage gay
Ce qui n’empêche pas les barjots
De piétiner ce droit inné

Au nom de leurs principes réac’
Ils défilent contre leurs frères et sœurs
Ils se sentent toujours d’attaque
Pour venir bafouer les droits du cœur

Pendant qu’un peuple du Proche-Orient
Par son leader s’fait bombarder
Nos députés impunément
Rendent visite à ce boucher

S’ils peuvent en retirer d’l’argent
Ils mettent de côté la morale
Ils deviennent aveugles aux innocents
Qui tombent par milliers sous les balles

La peine de mort est abolie
Mais n’ayant qu’humour et crayons
La presse n’est pas à l’abri
Des meurtres et des exécutions

D’ordinaire le peuple se méprise
Il lui faut des atrocités
Pour se souvenir que sa devise
Se termine par « Fraternité »

De ’75 à 2015
On aurait voulu tout changer
Mais coincés entre six côtés
On s’embrasse toujours au mois d’janvier…

Commenter cet article