Faim du monde

Publié le par Meuble




En matière de fin du monde, les idées sont légions, et les auteurs de SF s’en donnent régulièrement à cœur joie pour dépeindre des cataclysmes planétaires ou justifier un univers post-apocalyptique. Catastrophes naturelles, guerres nucléaires, débarquements d’extra-terrestres prenant la Terre pour une balle antistress, virus pandémique mortel, apparition de zombies, autant de prétextes pour justifier la fin du monde connu.

 

L’intérêt de ces visions est qu’elles ne limitent aucunement l’imagination, on peut véritablement s’en donner à cœur-joie pour annihiler l’espèce humaine. Oui, parce que, égocentriques comme nous le sommes, la fin du monde connu correspond plus ou moins à l’anéantissement des humains, à quelques exceptions près, en général, parce que sans survivants, pas vraiment d’intérêt à raconter la fin du monde.

 

Mais c’est logique, quand on y pense, de se cantonner à l’extinction de l’espèce humaine : si elle ne fait plus partie du monde, pour elle, le monde est fini. Et jusqu’à preuve du contraire, nous faisons partie de l’espèce humaine. Quant à la fin du monde, en fait, c’est plutôt la fin du monde connu. Si le monde est transformé, ou si les humains sont transformés, ça compte comme une fin du monde. Je pense notamment à La Planète des Singes, ou The Time Machine.

 

Malgré toutes les différences qui peuvent exister, il y a tout de même un élément qui reste constant dans toutes les versions de l’apocalypse, quelle que soit sa forme : c’est le côté dramatique de la vision. Pour ne pas dire tragique. Ce qui est généralement ressenti lors de l’extermination d’au moins 99% de la population humaine de l’univers.

 

C’est pour cela que je tiens ici à rassurer tout le monde : la fin du monde n’aura pas lieu. Jamais. Pour une raison très simple : la Terre est ronde, donc le monde n’a pas de fin.

 

Aux puristes qui objecteraient que la fin d’une sphère (ou d’une boule, mais nous n’habitons pas encore, à ma connaissance, sous la surface) se situe très logiquement à sa surface, je répondrais que des avions quittent la surface tous les jours sans pour autant provoquer l’extermination de l’espèce humaine dans son ensemble.

 

Aux puristes qui incluraient l’atmosphère dans le périmètre de la boule terrienne, je répondrais que des humains l’ont déjà dépassée, et sont même allés nous faire un petit coucou depuis la Lune, sans pour autant provoquer l’extermination de l’espèce humaine dans son ensemble.

 

Donc, s’il existe bien une fin du monde (dans sa vision boulique) provoquée par quelques individus, celle-ci n’est pas répercutée sur le restant de l’espèce, qui continue à perdurer comme si de rien n’était. Les individus arrivant à la fin du monde ne génèrent donc pas la fin du monde.

 

Ce qui prouve bien que, soit le monde a une fin ne conduisant cependant pas à la fin du monde, soit le monde n’a pas de fin.

 

Si vous avez faim du monde, ne craignez pas sa fin !

Publié dans Pensées en bouquet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Meuble 24/05/2008 10:25

@Panthère : la fin de l'onde ? càd ? @Tom : déjà
qu'imaginer un point carré, c'est pas évident... t'aurais pas une photo
du dodécaèdre en question ? Le principe se comprend bien, mais j'ai du
mal à me le représenter... et niveau expansion, ça marche comment ?
l'univers garde sa forme, y a juste homotétie ?

Tom 21/05/2008 13:57

Pour ce qui est du monde, je ne suis pas très sûr, mais en ce qui concerne l'univers, il n'a effectivement pas de fin. Il ressemblerait en fait à un dodécaèdre de Poincaré donct les faces sont accolés avec rotation d'un angle de 36°.Concrètement, on est comme dans un jeu video style "Asteroid". Si on sort de l'écran d'un côté, on apparaît de l'autre. La seule différence, c'est que pour ce jeu, c'est un tore plat, ce qui est plus simple à imaginer qu'un dodécaèdre de Poincaré...

Noë 20/05/2008 20:48

Faim, fin, faim... 20:47 et ma tarte n'a pas fini de chauffer! Lire ça est un supplice...Ceci dit, argumentaire frappant! Je n'y avais jamais pensé!Et si la sphère implose de l'intérieur, et perd par là sa nature de sphère...c'est la fin du monde ou pas?

Panthère 19/05/2008 21:16

Et la fin de l'onde, ça donne quoi sinon ?C'est vrai que ta théorie que la fin du monde ne puisse jamais arriver est tentante... :p ça évite de penser à une guerre nucléaire, avec le nuage épais qui cache le soleil sur toute la planète, toussa... :D