On est les champions !

Publié le par Meuble

A l’heure de l’Euro, le jour où la France s’est faite exploser par les Pays-Bas 4 à 1, ce titre pourrait passer pour de l’ironie. Hé bien, pas du tout. C’est juste que je parle pas du tout de foot.

 

Vendredi 30 mai, mail du CE : « un tournoi multisports inter entreprises aura lieu le vendredi 13 juin – au choix : tennis, badminton, squash, pétanque, tennis de table – par équipe de 2 personnes. PS : chaque équipe de 2 personnes ne participe que dans un seul sport. »

 

Cool, vais pouvoir me défouler un peu et faire du rab de bad ! Problème : pas d’équipier. Mardi 3 juin, midi, je vais aux renseignements à la permanence du CE : « pas grave, si quelqu’un d’autre s’inscrit tout seul, ça te fera un équipier. Entretemps, continue à chercher. » Bon, sur le nombre de gens, ça devrait aller, j’en ai un en vue, suffira juste de le convaincre et de revenir. En attendant, je m’inscris tout seul.

 

Mardi 3 juin, 18h, mail du CE : « Il reste 2 places à pourvoir pour la pétanque et 2 places pour le tennis de table. ATTENTION : il n’y a que 2 places par sport. » Ah. Merci, sympa de préciser ça maintenant... Y a déjà 2 personnes inscrites avant moi, je vais pas pouvoir jouer : ils se sont inscrits avant, ils se sont inscrits en équipe... et moi j’arrive trop tard, et tout seul.

 

Mardi 10 juin, mail d’un des inscrits pour le bad : « j’ai un empêchement pour le tournoi de vendredi, si t’es toujours dispo, tu veux prendre ma place ? » Ah bah finalement, j’ai bien fait de m’inscrire, je vais pouvoir me défouler ! Changement effectué, je vais pouvoir jouer !

 

Vendredi 13 juin, arrivée au gymnase. Ça servait à quoi de faire des équipes de deux ? Personne ne joue en double... A part à la pétanque, mais ça paraît logique. Les joueurs de tennis de la boîte sont déjà arrivés, ils s’inscrivent, demandent les modalités. « C’est en un jeu. » Heu... Du tennis ? Un seul jeu ? Bon, pourquoi pas... Etonnant, quand même. Surtout qu’il y a quatre entreprises représentées. Donc des poules de quatre, deux tableaux par sport. Chaque participant doit faire trois matchs...

 

Je m’inscris au bad, on va se changer, on redescend. On regarde les feuilles de matchs. Sur celle du tennis : « se joue en un jeu de 6 points. » Ah, ouf. C’est bien un set de 6 jeux. C’est juste que les organisateurs n’y connaissent strictement rien...

 

Je vais aux informations concernant le bad. C’est en deux sets de 21. Avec deux points d’écart ? Non, le premier à 21. Et en cas d’égalité (un set partout), on fait un troisième, ou u mini-set pour départager ? Non, deux sets de 21. Ah. Donc ça pose pas de problème de faire un match avec comme résultat, 21-20 au premier set, et 20-21 au deuxième... Non non, pas de problème. Ok...

 

En fait, le système de comptage des points est magnifique, pour le bad : on additionne les points marqués dans les deux manches. Le résultat d’un match peut donc être 42-0. Du coup, on se demande pourquoi faire deux sets, hein... Pour changer de côté au milieu, quoi... Super utile...

 

Pour le tennis, c’était déjà un système plus normal, puisque en un set, avec tie-break à 6-6. Les autres sports, je sais pas comment se passaient les comptes. Au final, le premier gagnait 5 points pour son entreprise, le deuxième 4, puis 3, puis 2 pour le dernier. Avec deux tableaux par sport, chaque entreprise pouvait donc gagner entre 4 et 10 points.

 

Dans ma poule, le niveau était assez équilibré, du coup c’était intéressant. Enfin, à part pour le dernier, qui a perdu tous ses sets... La preuve avec les scores : premier match, j’ai perdu le premier set 20-21, gagné le deuxième 21-14 ; deuxième match, gagné le premier set 21-20, perdu le deuxième 16-21 ; et troisième et dernier match, gagné le premier set 21-14, gagné le deuxième 21-11.

 

Pour le classement, pas compliqué : on additionne tous les points. J’ai donc 120 points au total. Ce qui me classe deuxième. Le premier a 124 points... Franchement, 4 petits points, sur un total de plus de 120, c’est rien, non ?! Ben si, c’est la différence entre 1er er 2ème... Bon, je ramène quand même 4 points pour la boîte.

 

Du côté de mon « coéquipier » (entre guillemets, puisqu’on ne jouaient pas ensemble...), ça se passe plutôt mal : il est arrivé, il a perdu son premier match en ne marquant que 11 points sur les deux sets... et il a disparu. Personne ne sait où il a pu passer. Le problème, c’est que nous, ses collègues, ne l’avons appris que trop tard. Sinon, on l’aurait remplacé ! J’aurais fait ses matchs à sa place, ou n’importe qui d’autre qui aurait été disponible ! Mais tout le monde étant occupé avec ses propres matchs, personne n’a vu qu’il n’était plus là. Et les autres de sa poule ? Ben ils ont pas bronché, personne ne s’est étonné qu’il manque quelqu’un... Du coup, quand on s’en est aperçu, c’était pour le calcul des résultats, donc tout le monde avait fini de jouer, et était douché et changé... Il a donc été classé dernier, avec 2 points. Autant dire que s’il n’était pas venu, ç’aurait été pareil... Bilan : sur les deux premiers inscrits au bad, un seul est venu, puis a fait un match et a disparu sans prévenir personne... sympa !

 

Bon, heureusement, le bad, avec 6 points, a été le sport qui nous a ramené le moins de points ! Avec le tennis, on a gagné 5+3=8 points, pour le squash, 5+3=8 points aussi, pour la pétanque, 10 points, et pour le tennis de table, 5+5=10 points également ! Soit un magnifique total de 42 (on pouvait difficilement faire mieux, non ?), qui nous vaut une magnifique première place ! Champions du monde ! Enfin, du monde de Saint-Quentin...

 

On a donc ramené une belle coupe, qui sera ramenée mardi au CE, on verra où elle sera exposée après. Et une belle flopée de médailles : chaque gagnant d’un tableau recevait une médaille. On en a donc ramené 6 sur les 10 : une pour le tennis, une pour le squash, deux pour la pétanque, et deux pour le tennis de table. Ça va peut-être donner au CE l’idée d’organiser le même genre d’événement en interne. On espère, en tout cas !

 

La suite de la soirée, sympatoche aussi : buffet froid tous ensemble, avec la télé en fond, euro oblige. Dos à la télé, vraiment pas besoin de voir l’écran pour savoir qu’il y avait un but, et qui l’avait marqué ! Le tout s’est donc fini peu après 23h, sur un magnifique 4-1, une bien belle branlée pour ces champions français ! Heureusement que ce sont les meilleurs qui sont sélectionnés, pour l’équipe de France... qu’est-ce qu’on aurait pris, sinon !

Publié dans Tranches de vie

Commenter cet article

Meuble 30/06/2008 22:14

comment ça 0 à 4 ?? non, mais je parle de l'euro 2008, moi ;) ! y a bien eu un but français pendant ce match là ^^ !

anoa 28/06/2008 12:57

dabord la france contre les pays bas c'est 0 a 4 pas 1 a4!!pfff tu t'y connais rien meuble^^lol

cc 18/06/2008 20:02

Félicitations! Mais... tu ramènes une coupe à ton entreprise, tu nous vois le lendemain et tu ne nous en parles même pas! On ne te changera jamais!!!!

Meuble 18/06/2008 19:54

Bah oui, qu'est-ce que tu veux, on se refait pas... en plus, c'étaient des défaites écrasantes, avec un écart large...

Tom 18/06/2008 10:35

T'es vraiment nul au badminton. 4 match gagnés sur 6, c'est mauvais ^^