Les ronds-points, c’est bien...

Publié le par Meuble

Sauf si quelqu’un s’amuse à conduire sans regarder où il va. Illustration pratique :

Ce matin, un lapin... heu non, rien à voir.

Ce matin, 3000 licenciés, grève des sapeurs pompiers,... heu non, pas ça non plus.

Ce matin, c’est le mien... bon je suis sûr que c’est faisable d’en trouver d’autres, mais ça va finir par être lourd, non ?

 

Ce matin, je vais bosser, parce qu’il faut bien manger, et que pour bosser, il paraît qu’il faut se déplacer. Et pour me déplacer pour aller bosser, en bon polluo-terroriste, j’utilise ma voiture. Faut avouer que c’est quand même pratique, même s’il faut gratter un peu les vitres avant de partir pour enlever tout le joli givre qui s’est installé dessus pendant que j’avais le dos tourné. Du coup c’est moins joli après, mais on voit quand même mieux.

 

Ce matin, j’ai donc gratté les vitres, ce qui m’a été bien utile, puisque comme ça, j’ai pu voir l’autre abruti arriver par la droite avec visiblement pas l’intention de s’arrêter. A posteriori, je pense qu’il regardait juste pas où il allait. Peut-être qu’il conduit à l’oreille ? Dommage, je suis silencieux quand je me déplace. Enfin il a quand même dû sentir que j’étais là, heureusement pour moi. Reconstitution :

 


Ce matin, au volant de ma voiture (plus pratique que côté passager pour la diriger, n’est-ce pas ?), je m’engage sur un des ronds-points jonchant mon trajet, un petit classique sans signe particulier : deux routes s’intersectent à angle droit, et au confluent, pouf, quelqu’un a posé un terre-plein, histoire que les grands gamins que nous sommes puissent s’amuser à tourner autour comme sur un manège. Moi, devant aller en face, je dois donc effectuer un demi-cercle autour du terre-plein, et croiser pour cela la route venant de la droite, à mi-chemin de mon trajet (trajet prévu, en vert sur la photo ci-dessus). Je m’engage donc, en surveillant du coin de l’œil droit une voiture arrivant par l’entrée suivante. Pas de problème, elle a largement le temps de passer si elle continue à cette vitesse-là. Le fourgon, style utilitaire pour déménagement, qui la suit à la même vitesse, par contre, s’il continue tout droit, il est bien parti pour me rentrer dedans. Et bah ça a pas loupé, il a continué bien tranquillement sur une belle trajectoire rectiligne vers le milieu du rond-point...

 

À partir de là, sur une durée d’environ 3 secondes ½ :

Je réalise qu’il va vraiment pas s’arrêter

Je réalise que s’il continue comme ça, il va forcément me percuter

J’écrase le frein comme j’ai rarement enfoncer une pédale (no comment)

Je braque vers la gauche dans le même mouvement pour me rapprocher du centre et m’écarter le plus possible

Je réalise que le fourgon n’a absolument pas changé sa trajectoire et continue à la même vitesse

Je vois le fourgon arriver sur moi, et visualise l’impact, la casse, le constat

La route est légèrement mouillée, et même si je n’allais pas vite, l’ABS se déclenche pour finir le freinage

Au moment où ma voiture s’arrête, le conducteur du fourgon a l’air d’enfin réaliser que je suis là, et donne un coup de volant sur la droite pour prendre la prochaine sortie

Alors que je m’attendais à ressentir le choc et entendre la tôle craquer et mon phare avant droit exploser, je vois le fourgon m’éviter de justesse, il ne devait pas y avoir 3 centimètres entre son flanc et mon avant

Je reste bloqué une seconde à le regarder s’éloigner

Je commence à repartir pour pas rester arrêté au milieu du rond-point

Je réalise a posteriori que ça aurait pu mal finir, grosse montée d’adrénaline et grosse frayeur par contrecoup

 

Niveau trajectoires, il s’est donc passé ça, avec ma trajectoire réelle en bleu, celle du fourgon en rouge :



Comme quoi,  avec des « si » :

Si je m’étais pas méfié en le voyant arriver si vite

Si j’avais eu moins de réflexe sur le frein et le volant

Si j’avais pas eu d’ABS

Si la route avait été un peu plus mouillée

Si le conducteur du fourgon ne m’avait pas vu du tout

S’il n’avait pas donné de coup de volant au dernier moment...

 

Moi j’aurais plus de voiture, et lui juste un gros malus ! Je sais absolument pas ce qu’il foutait, là-haut dans son cockpit, mais je suis convaincu qu’il ne m’avait purement et simplement pas vu, et qu’il a subitement réalisé qu’il était sur un rond-point, avec une voiture à qui il avait grillé la priorité et de laquelle il s’approchait trop vite pour pouvoir s’arrêter avant de la percuter, et qu’il n’avait plus qu’à tourner à fond à droite pour éviter l’accident. Comme s’il venait de se réveiller là, dans son fourgon, un dixième de seconde avant l’impact...

 

Et puis il est reparti, tranquille, en me faisant quand même un geste d’excuse (encore heureux), avec une tête qui voulait dire « oups, j’ai failli faire une grosse connerie, moi, hihi ! », avec cette expression de gamin pris sur le fait en train de faire une bêtise, qui le sait, mais qui va quand nier tout en bloc en espérant qu’on s’attendrisse devant sa tête d’ange et que, avec le recul, c’était rigolo, finalement, non ?

 

Hé bah NON !! Non, franchement, c’est pas drôle de devoir partager la route avec une bande d’abrutis inconscients qui croient qu’ils sont seuls sur la route, qu’il ne leur arrivera jamais rien, et qui finissent même par oublier les règles de survie en voiture les plus élémentaires, comme les priorités à droite, les « cédez le passage », les stops et les feux rouges ! Marre de ce manque de respect permanent, marre de tous ces abrutis qui doublent par la droite, roulent à fond, changent de direction sans prévenir, klaxonnent à tout va dès que quelqu’un met plus de 2 secondes à démarrer quand le feu passe au vert, vous font des appels de phare quand vous êtes sur la voie de gauche et que vous roulez déjà à la vitesse maximale autorisée, parce que vous êtes trop lent pour eux ! Qu’ils se mettent en danger si ça les amuse, après tout ils font ce qu’ils veulent avec leur vie, mais si vous voulez vous suicider à coups de voiture, faites-le tout seul de votre côté ! Arriver vite, c’est bien, arriver entier, c’est mieux ! Moi j’ai fait mon choix, respectez-le, laissez-moi vivre, et lâchez-moi la grappe !

 

Non mais.

Publié dans Tranches de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Illhundil 17/02/2010 00:16



Et après on me demande pourquoi j'aime pas conduire... c'est pas que j'aime pas conduire, c'est que j'aime pas les gens qui ont acheté la route. LRU de série sur les voitures de prochaine
génération ! 



Panthère 16/02/2010 21:32


Ah oui, quand même... cette décharge d'adrénaline à laquelle tu as dû avoir droit ! O_o Heureusement que tout est bien qui finit bien, et heureusement que tu l'as vu venir de loin, celui-là...
Un gros câlin pour la peine :D


Lelf 16/02/2010 21:13


On a pas fini de s'énerver sur ces emmerdeurs qui se croient seuls, qui pensent que eux d'abord et que les autres n'existent pas ou doivent faire selon leur volonté...

Toutes les semaines, quand je vais en courses, je sais que je vais m'énerver. Pourtant c'est pas loin, hein. Mais y'en a qui trouvent moyen de prendre des ronds-points à l'envers, de pas se mettre
sur les bonnes voies ce que les amène à te faire une queue de poisson ou à te doubler par la droite, d'essayer de te pousser des fois que ça te fasse aller plus vite, de griller des feux rouges, de
griller des priorités...
Je suis dans un état de neeeerfs à chaque fois...

Et je te raconte pas quand on rentre en Essonne ou autre trajets longs... Je me transforme en charretier et je suis prête à tous les bouffer.

Ton histoire me rappelle quand je passais le permis (bon, j'ai aussi eu des grillages de priorité, mais pas aussi dangereux). Par deux fois j'ai failli emplafonner des voitures. Une fois parce que
la fille ne regardais pas et a voulu s'engager joyeusement sur le boulevard sur lequel je roulais (j'aurais pas pu freiner), heureusement son copain était là pour la stopper. Et une fois je voulais
tourner à gauche, j'étais donc arrêtée en attendant de pouvoir traverser la rue, quand en face vient un fou furieux qui, pour je ne sais quelle raison, roulait hyper vite et s'est trouvé en face de
moi, me voyant au dernier moment. Heureusement, il avait des réflexes aussi, parce que moi je pouvais rien faire (quelqu'un derrière moi et étant à l'arrêt).

J'en ai maaaaaarre aussi des gens qui font n'importe quoi. :'(